Merci Guy Fawkes !

l
09/11/2009 - Pays : Nouvelle Zélande - Imprimer ce message Syndication :

Hello tout le monde !

Vous avez été suffisamment patient pour mériter un nouvel article tout droit venu du pays des kiwis !

Nous avons ajouté les photos manquantes au précédent, n’oubliez pas d’y jeter un coup d’½il, ce sont les plus belles !

Après notre tour de l’île du sud en camping-car, nous avons pris un bus de Christchurch à Picton. Le trajet dura cinq heures mais le pire arrivait. Nous avons ensuite pris un ferry pour rejoindre l’île du Nord. Nous pensions que le voyage serait semblable à un trajet Nice-Corse étant donné que la durée était de quatre heures et que le bateau était du même acabit. Nous étions loin de ce qui nous attendait. Nous avons découvert, à nos dépens, que l’Océan Pacifique, ce n’est pas la Mer Méditerranée. Pas du tout. Nous nous sommes installés sur les sièges intérieurs, avons mis en place notre ordinateur ayant trouvé une prise et étions prêts à regarder un petit film pour passer le temps. Le bateau partit, et au bout d’une heure, arriva dans les eaux  tumultueuses du Pacifique. Kevin, le c½ur fragile (même Luna Park c’est trop), décida de sortir pour prendre l’air car le bateau tanguait plus que bien. Valérian voulait voir la fin du film et pensait que ce n’était que passager. Mauvais choix… Parce qu’on doit vous expliquer : Kevin avait lu que pour purifier le corps il fallait, une fois de temps en temps, se nourrir uniquement de pommes pendant une journée. Nous avions donc décidé de tenter l’aventure ce jour-là (étant deux jeunes hommes prenant toujours soin de leur corps et faisant attention à leur santé…) et avons achetés deux kilos de pommes chacun la veille. Mauvais choix…

Mais reprenons. Valérian regarde la fin du film puis commence à se dire que cela tangue toujours plus que bien et décide de sortir à son tour. Quand il se trouve à l’extérieur, Kévin dormait sur un banc à l’air frais pendant que lui-même se rendait compte de la situation. L’absence de photos est due au fait qu’il était en incapacité de retourner à l’intérieur chercher  l’appareil photo, sous peine de vomissage intensif sur chaque voyageur. Des vagues énormes s’écrasaient les unes contre les autres et le bateau faisait des embardées gigantesques au milieu de cet enfer. Mais les gens autour semblaient habitués et souriaient, comme si de rien n’était. A ce moment là, toutes les techniques qu’on apprend pour épancher un mal au c½ur sont inutiles et semblent mêmes empirer les choses. Il essaya de fixer un point dans l’horizon, mais l’horizon lui-même ne semblait plus fixe. Il tenta de s’accouder à la barrière, mais reçut des bourrasques qui le déstabilisèrent tellement que son estomac remonta juste sous sa pomme d’Adam. La suite se passe de commentaires, mais maintenant, nous savons que les pommes, ça passe bien dans un sens, mais encore mieux dans l’autre sens, surtout la deuxième fois.

Nous sommes arrivés à Wellington, deuxième plus grande ville de Nouvelle-Zélande, qui est une très jolie ville en bord d’océan, très piétonne et sensée être très active. Nous avons trouvé un backpacker très abordable (7,5euros la nuit – sans couverture…) et nous sommes offert un petit film au cinéma : Red Cliff, très bon film de John Woo, après nous êtres littéralement cassés le bide pour finir notre journée purification du corps avec un Macdo et une pizza chez un chinois plutôt bizarre, où nous étions les seuls clients.

Le lendemain, nous nous sommes baladés dans le centre ville, et le soir nous avons voulu fêter Halloween. Sauf qu’ici, tout le monde fête Halloween chez soi. Nous sommes donc tombés sur le seul Samedi soir de l’année où le centre-ville est mort…  Notre chez nous étant vide, nous sommes partis à la recherche de n’importe quel pub, ou bar pouvant nous fournir quelques bières. Mais le Karma était avec nous, et nous avons trouvé le Nomad’s Bar, où la Corona coûtait 3,50 dollars, soit même pas 2 euros. Nous y avons pris une leçon de billard par un anglais et un brésilien, tandis que des Africains de Sud et des Allemandes nous regardaient. Melting-pot… Au fait, on vous a dit que dans ce bar les Corona coutait même pas 2 euros chacune ?!!

Par la suite nous avons visité le TE PAPAU, un musée de 5 étages, où nous avons pu en apprendre plus sur l’histoire du pays et les guerriers Maori, grâce à de nombreuses attractions interactives (Bon, d’accord, on a dormi pendant la plupart…). Nous avons également fait quelques longueurs dans la piscine municipale pour bien se défoncer les yeux parce qu’on n’avait pas de lunette, sans oublier de squatter le sauna et le hammam sans avoir payé pour. Mais Valérian avait eu l’idée de sa vie : vous pouvez remarquer sur les photos qu’il possède un bracelet orange moche, selon Kevin, et à peu près toute la communauté néo-zélandaise, autour du poignet gauche. Il s’agit du bracelet des piscines chauffées où nous étions 2 semaines auparavant dans l’île du Sud. Le Karma étant avec nous, il fallait avoir le même type de bracelet pour avoir l’accès au Sauna de la piscine de Wellington…

Nous sommes partis ensuite pour Auckland, la capitale des kiwis par un trajet de 12 heures de bus, durant lequel nous avons rencontré un français, supporter Marseillais. Je vous laisse deviner la nature de nos conversations pendant les 12 heures…

Dès notre arrivée, nous nous sommes lancés à la recherche maintenant traditionnelle, de backpacker. Nous avons choisi le Nomad’s Fusion pendant les trois premiers jours: 22 dollars la nuit, très clean,  jacuzzi sur le toit, sauna, bar, mais beaucoup de français.  Puis nous sommes partis au Top Floor : 18 dollars la nuit, délabré, rempli de Rastas man italiens, de Minimoys, d’un vieux mec squelettique, et d’une petite fille possédée comme dans un film d’horreur, jamais de fourchettes propres, mais un piano !

Pendant cette semaine, nous nous la sommes coulés douce à la Néo-Zélandaise, entre grasse matinées, ballades dans la ville, sur le Mont Eden, le port ou encore dans les différents parcs de la ville. Nous suivions un régime plutôt strict, afin d’économiser un peu d’argent. Le menu journalier était le suivant. Le matin, Choco Pops de la sous-sous-sous marque du supermarché local dans son velouté de lait de la sous-sous-sous-marque du même supermarché. Pour le midi, petite salade composée avec ses petites tomates, ses petits concombres et ses petits morceaux de fromage. Et enfin le soir, pâtes au fromage !

Nous avons participé à un tournoi de poker gratuit où le vainqueur recevait 100 dollars. On a donc tenté notre chance : Kévin a fini avant-dernier en tentant le plus beau coup de l’histoire du Poker, qui n’a pas marché. Mais Valérian a joué pendant pratiquement quatre heures pour finir 3ème sur les 42 participants au total. Malheureusement, seul le gagnant recevait un prix (ce qui signifie que finir 41ème ou 3ème c’est pareil, mais oui Kévin).

Nous avons ensuite passé une soirée Free Beer au backpacker, qui nous a permis de goûter à la bière la plus immonde de notre vie. Nous avons également fait un foot avec des tchétchènes, des allemands, des italiens, et sûrement un ou deux néo-zélandais qui s’étaient perdus. Kevin y a fait preuve de ses talents de Technicien hors pair, mais surtout de défenseur acharné, courant après le moindre ballon, et Valérian a montré ses talents de récupérateur impassable en milieu de terrain, mais surtout d’excellent tireur aux pigeons.

Mais le dernier jour fut le plus fort en émotion. Tout d’abord, assis sur un banc, profitant de l’air Néo-Zélandais, Valérian jouait de l’Harmonica, ayant posé son chapeau à côté de lui. Un passant s’arrêta, apprécia l’air joué avec passion (hum, hum), puis déposa une pièce de 1 dollars dans le chapeau, donnant à Valérian son premier salaire d’artiste. Nous avons choisis son pseudonyme par rapport aux noms des rues où nous étions : Victoria Darby ! (oui, Victoria, ça fait très masculin) Par la suite, nous avons commencé a ressentir une forte agitation dans la ville. Cela éveilla notre intêret et nous avons en fait compris que c’était le jour de la célébration de Guy Fawkes, révolutionnaire anglais de l’époque qui tenta de renverser le gouvernement. Enfin bon, devant tous ces débordements de joie nous ne pouvions rester inertes et nous avons donc décidé de nous faire un petit plaisir culinaire avec l’achat d’un kebab pour 2 et d’un cookie chacun ! Alors Merci Guy Fawkes !

 

Maintenant c’est retour au pays des Kangourous et direction Sydney !

Bisous à tous !



Etapes :
Wellington
Auckland
Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message

Syndication :
Par mamanke
le 11/11/2009 à 13:36:15
Je ne sais pas si le temps d'attente d'un nouvel article m'a paru très long ou si votre bafouille es, une fois de plus, adaptée à mon sens de l'humour, mais vous m'avez fait pleurer de rire avec le passage en bateau et les pommes....
Je passe à l'article suivant. Au fait, merci pour les photos.
Par soeurval
le 11/11/2009 à 20:53:01
coucou tous les 2 !!!!!
enfin d news vous manquez tellemen
j'ai eu mal au coeur rien qu'en lisant vos peripeties sur le bateau, quelle horreur !!!
vous auriez pu devenir des vraies artistes dans la rue et gagner de l'argent !
gros gros bisous
ps:nous aussi on a feté halloween chez nous puis l'anni de jé tu as manqué mon frere
je t'm
Par maman de val
le 11/11/2009 à 22:20:28
tout est génial! vos aventures,votre humour pour les raconter! Les photos sont extraordinaires, yann artus bertrand a de sérieux concurrents. Pour l'histoire des pommes, heureusement que kevin n'avait pas lu un article sur... les pruneaux!
Je ne savais pas que tu sais jouer de l'armonica val. ah bon tu ne sais pas. ok! la prochaine fois mettez kevin au piano, vous êtes sûr de gagner plus d'un $. (bon ok un piano dans la rue, pas facile)
des milliers de bisous à tous les 2

Laisser un commentaire

Note: 4,9/5 - 151 vote(s).

Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)